historique










width="198"

Les producteurs de la fruitière misent beaucoup sur le développement du magasin de vente



A la croisée des routes du vin et du comté

Fruitière des Coteaux de Seille


Jura agricole et rural

Publié le:  31 octobre 2008

Page 4 


La fruitière des Coteaux de Seille, née de la fusion des coopératives fromagères de Lavigny et Saint-Didier, a saisi l’occasion des 50 ans de l’AOC comté pour ouvrir ses portes au public et faire connaître son magasin de vente.



« Nous n’avions jamais fait d’inauguration officielle du nouveau bâtiment et quand le CIGC nous a proposé de participer à des journées portes ouvertes, nous en avons profité pour rassembler tous les artisans qui exposent leurs produits dans notre magasin de vente et faire visiter l’atelier », explique Christophe Rousselot, président de la fruitière des Coteaux de Seille. Plusieurs fruitières du Doubs, du Jura et de l’Ain ont ouvert leurs portes dans le cadre du cinquantenaire de l’AOC comté pour montrer le travail quotidien nécessaire à la fabrication du comté, ainsi que le rôle économique et social des fromageries.
A Lavigny, ce fut aussi l’occasion pour les habitants des bourgs voisins et les élus de satisfaire leur curiosité et de découvrir de l’intérieur un bâtiment qui ne passe pas inaperçu. Idéalement situé sur la route de Lons-le-Saunier à Voiteur, il dispose d’un véritable atout pour développer la vente directe. « Nous voulions construire à cet emplacement, explique Isabelle Racle, responsable du magasin. Nous vendons nos fromages mais également d’autres produits fermiers qui ont l’air de plaire puisque le magasin a connu un boom phénoménal ». En période estivale, la jeune femme accueille un car de touristes par jour pour des visites, grâce à un partenariat avec la fruitière vinicole de Voiteur, dont certains associés livrent aux deux coopératives. Ce 18 octobre à Lavigny, les animations ont attiré un flot continu de visiteurs : visite de l’atelier, repas par le foyer rural de Quintigny, animations avec les Amis du comté, dont une fabrication à l’ancienne et un petit marché fermier.
Un choix de survie
La fusion des ateliers de Lavigny et Saint-Didier en 2005 fut un choix de survie. Isabelle Racle qui était présidente de la fruitière de Lavigny à l’époque est lucide : « Chaque atelier pris séparément n’avait plus d’avenir à moyen terme. Plutôt que de mettre des rustines qui coûtaient trop cher, il fallait qu’on s’entende, qu’on arrive à se marier ! ». Aujourd’hui, la fruitière collecte le lait de 23 exploitations, y compris l’exploitation du lycée agricole de Montmorot, dans un rayon de 25 km. Soit 5,5 millions de litre de lait au total, dont 1,2 million de lait biologique, transformés à 85% en comté et affiné par Juragruyère.
Le reste est transformé essentiellement en morbier, affiné et vendu sur place. La fruitière mise beaucoup sur le développement de son magasin de vente et a fait un véritable choix stratégique en s’installant à la croisée des routes des vins et du comté. Peu adepte des concours, elle compte sur la fréquentation touristique, mais aussi sur le bouche à oreille pour se faire connaître.


I.P. 

 
Rédigé le  8 août 2011 18:38 dans Il était une fois notre histoire  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site